verre_cass_J'ai fini de lire Verre Cassé d'Alain Mabanckou...

C'est le récent prix Renaudot pour mémoires de porc-épic, venu au lycée faire une intervention qui, au dire des collègues, était particulièrement intéressante, intelligente, vivante et adaptée aux élèves...

J'avais eu des échos très divers de ce livre,
pour ma part, ça m'a beaucoup plu !

L'histoire...

"Disons que le patron du bar Le Crédit a voyagé m'a remis un cahier que je dois remplir"

Verre cassé, brisé par la vie et s'imbibant comme d'autres dans ce bar crasseux de Brazzaville, se voit ainsi confier une mission par le propriétaire, Escargot entêté, celle d'écrire l'histoire de toutes ces âmes broyées qui font ce bar.

"J'ai voulu savoir pourquoi il tenait tant à ce cahier, il a répondu qu'il ne voulait pas que Le Crédit a voyagé disparaisse un jour comme ça, il a ajouté que les gens de ce pays n'avaient pas le sens de la conservation de la mémoire, que l'époque des histoires que racontait la grand-mère grabataire était finie, que l'heure était désormais a l'écrit parceque ce qui reste, la parole c'est de la fumée noire, du pipi de chat sauvage, le patron du Crédit a voyagé n'aime pas les formules toutes faites du genre "en Afrique quand un vieillard meurt, c'est une bibliothèque qui brûle", et lorsqu'il entend ce cliché bien développé, il est plus que vexé et lance aussitôt "ça dépend du vieillard, arrêtez donc vos conneries, je n'ai confiance qu'en ce qui est écrit", ainsi c'est un peu pour lui faire plaisir que je griffonne de temps à autre sans vraiment être sûr de ce que je raconte ici"

Et s'enchaîne alors toute une succession de portraits de marginaux désespérés, scabreux, attachants, drôles... toute une faune gorgée des vins de la Sovinco (Société des Vins du Congo)

"quand il lira tout ça je ne serai plus client de son bar, j'irai traîner mon corps squelettique ailleurs, je lui aurai remis le document à la dérobée en lui disant "mission terminée""

Le livre est écrit comme le souffle de quelqu'un qui n'en a plus qu'une poignée, un flot de parole, écrit sans le moindre point -seulement des virgules- qu'on attrape à la source et qu'on avale cul-sec.
On ne reprend sa respiration qu'après s'être laissé embarquer dans tous ces récits de griots relatant les vies de ces étranges personnages...

Par ailleurs, jeux sympathique entre l'auteur et le lecteur, le livre est truffé de références littéraires. Des tas de titre de bouquins viennent s'immiscer comme autant de clins d'œil dans le monologue...
Bon, pour être honnête, le fait que les 9/10e des références m'échappent m'évite je pense une lecture un peu trop artificielle et pompeuse...verre_casse_affiche

Bref, tout ça pour dire que Verre Cassé,
d'Alain Mabanckou,
publié aux éditions du point...
... je vous le conseille !

Note : pour ceux qui le peuvent, une adaptation de Verre Cassé se joue en ce moment et jusqu'au 30 Décembre au théâtre de poche de Bruxelle.