Alors, hasard ou réalité scientifique ?

"Il n'y a pas de hasard, que des rendez-vous", disait Paul Eluard...

Et bien, en effet, l'architecture soudanaise est celui de l'Afrique occidentale et du monde arabe méditerranéen !
Comment en effet ne pas penser au Maroc ou à l'Andalousie en voyant, comme je le disais dans un précédent post, tout ces détails (êtes-vous allé à l'Alhambra ?), ces portes ou ces moucharabiehs ?

19666086

(photo : Mosquée de Koua)

L'histoire classique de l'origine de l'architecture soudanaise nous fait remonter à l'empire du Mali et l'un de ses rois des rois les plus puissants, celui qui mena l'empire à son apogée : le mansa Moussa.

Avant tout, situons nous un peu dans l'histoire du Mali. Plusieurs empires puis royaumes s'y sont succédés au cours des temps :
    - l'empire Wagadu-Ghana du IIIe au VIIIe siècle,
    - l'empire du Mali du XIIIe au XVe siècle,
    - enfin l'empire Songhaï au XVe et XVIe siècle.

A la suite de quoi vint le temps des royaumes : royaume du Kasso, royaume bambara de Ségou et du Kaarta, Royaume Peuhl (la Diina) du Macina etc...

Mansa_musaL'apogée du royaume du Mali fut donc sous le règne de Kankou Moussa 1er, mansa (roi des rois) de l'empire de 1312 à 1332 (représenté ici sur une carte d'époque, une pépite à la main).

Il établit de très étroites relations diplomatiques avec le Maroc, la Tunisie et l'Egypte, et en 1329, part en pèlerinage à la Mecque, chargé d'une cargaison impressionnante d'or (40 mules chargés de lingots) qu'il distribue à tout va (à tel point qu'il en est responsable de la chute du cours de l'or durant plusieurs année en Egypte !).

Il ramène avec lui de la Mecque, outre les 2 fils du roi Songhai en otage, le poète et architecte andalou Abou Ishaq (ou Ibrahim) es-Saheli qu'il charge de bâtir les mosquées de Tombouctou et de Gao... les premières mosquée en banco.
Ainsi naquit l'architecture soudanaise...

La fin de son règne est marquée par de profonds échanges culturels avec le Maghreb. Nombreux professeurs, savants, poètes arabes se rendent au Mali à Tombouctou ou à Djenné. A cela s'ajoute des relations commerciales solides qui favorisent l'expansion de l'islam qui s'installe et prend place dans un socle religieux encore animiste.

Comme dit précédemment, une des mosquée les plus représentatives du style soudanais est la mosquée de Djenné...
Un peu plus petite mais assurément tout aussi belle, vous pourrez vous régaler de la mosquée de Komogel à Mopti.

komogel

Elle a été construite de 1936 à 1943 et restaurée tout récemment afin d'échapper aux effets secondaires désastreux d'un ancien crépissage en ciment. Quant à sa ressemblance avec la mosquée de Djenné... elle n'est pas un hasard non plus ! Elle a en effet été réalisée sous la direction de la corporation des maçons de Djenné, le barey-ton.

komogel_2

Bon, mais revenons un moment sur l'origine de l'architecture soudanaise... parce que les liens entre l'Afrique du Nord et la région soudanaise n'ont pas, et de loin, débuté avec l'empire du Mali ! Et pour certains, l'origine de cette architecture serait à chercher bien plus loin dans le temps, du côté de l'empire Wagadu...
Pendant cet épisode impérial, les relations avec le Maghreb furent en effet plus qu'étroites... liées à la fois à son apparition, son expansion, et sa disparition.
Le terme de Wagadu signifie "ville des troupeaux", quant à celui de Ghana (qui n'a pas de lien historique avec l'actuelle Ghana), il signifie "roi guerrier". Cet empire fut un des épisodes les plus fastes de l'histoire des empires. Son économie reposait sur le commerce de sel, d'or, d'ivoire, d'esclave... et dans de nombreux écrits arabes, on le désigne sous l'appellation d'empire de l'or.
C'est dans le Tarik-es-Sudan (voir tome 1 et tome 2), une "histoire du Soudan" achevée en 1655 par Abderrahamne es-Saâdi que l'on trouve des trace de l'origine de cet empire...  Il aurait ainsi été fondé par les Soninkés, bien que d'autres passages du livre feraient référence à des hommes de races blanches comme 1ers rois.
Son apogée se situe entre le IXe et le XIe siècle, période pendant laquelle les relations commerciales avec le maghreb étaient particulièrement intenses. Avec ces relations se sont donc ajoutés des échanges diplomatiques et culturels qui pourraient s'être ressentis dans l'architecture, particulièrement celle des mosquées puisque ces liens sont également en rapport à la diffusion de l'islam dans la région.

Quant à la chute de l'empire, elle est marquée par des épisodes de sécheresse successifs mais également par l'invasion des almoravides (berbères sahariens) qui s'emparèrent quelques temps de l'empire du Ghana, avant de l'abandonner et s'en retourner au Nord.

Tout ça pour dire que la naissance de l'architecture soudanaise ne résulte donc probablement pas d'un, mais de nombreux rendez-vous avec le monde arabe.... complexes, mais féconds !

komogel_3