Continuons sur le Niger...
pour un deuxième séjour, toujours aussi splendide, avec Salif.
L'occasion cette fois de s'attarder un peu sur les bozos... présence incontournable sur le fleuve.

Les bozos sont une ethnie de pêcheurs, de confession musulmane (mais d'origine et encore de tradition animiste) estimée en 2000 à 132 000 personnes presque tous situés au Mali.

On croise leurs pirogues affutées comme des traits de calligraphie...

bozo1

Ce sont des semi-nomades : selon la disponibilité du poisson, le niveau de l'eau, ils se fixent à une ou quelques familles sur les bords du fleuve, puis repartent ailleurs.

bozo2

On croise ainsi un grand nombre de villages dont les maisons cubiques (la forme les distingue des villages peuls dont je vous parlerai la prochaine fois) sont faites de pans de pailles tressées.

bozo3

Et l'on croise des embarcations chargées de la famille et de toute la marmaille, en route pour des rives meilleures.

bozo4

La technique de pêche des bozos, outre le classique filet posé le soir, est celui du lancé de filet-épervier.
Il s'agit d'un filet de forme conique plombé sur les cotés. Les pêcheurs le ramassent sur le bras et le lancent d'un coup d'un seul, dans un geste d'une parfaite maîtrise : Le filet s'envole alors en se déployant...

C'est une occupation parfaite pour occuper 3 jours de pinasse ! Mieux que le jeu des plaques d'immatriculations sur la route, ce coup-ci il s'agit de réussir à capter le lancer en plein vol !

Un peu de chance, mais surtout beaucoup de patience !

pecheur_bozo

Edito : à voir, la vidéo du lancé de filet épervier dans le post du 09/03/09