Il y a, pour faire court, 3 saisons au Mali.

Je dis "pour faire court" parce qu'on pourrait ajouter de petits épisodes climatiques comme la petite saison chaude d'octobre, et parce que le Mali est un grand pays, sous diverses influences climatiques (saharienne, sahélienne et soudanaise). Il pleut ainsi dans la région de Sikasso (SE du Mali) autant que dans tous le reste du pays : un climat bien différent que celui de Tombouctou et de toute la région nord désertique.

3 saisons principales donc :
- Une saison chaude et sèche, de mars à juin environ (avec un pic de chaleur aux environ d'avril),
- la saison des pluies (l'hivernage) de juin à Septembre
- et une saison froide, d'octobre à février (avec un pic de fraicheur vers Décembre) .

Nous sommes en ce moment dans la saison fraiche... plus précisément, nous y sommes entrés en son cœur jeudi... et pour l'être encore davantage : dans la nuit de mercredi à jeudi !
Drôle d'apparition, alors que nous avions perdu l'habitude de nous demander le temps qu'il ferait et comment il faudrait s'habiller : légèrement de toute façon, le ciel serait bleu et les températures bien au-delà de la trentaine.
Quel ne fut donc pas notre surprise jeudi matin, en nous réveillant blottis dans les draps, et en croisant des maliens emmitouflés dans des doudounes, voir calfeutrés dans des cagoules : l'harmattan était arrivé !

Bon, évidemment, pour ceux qui me lirait d'ailleurs qu'au Mali, ce froid est tout relatif... c'est qu'à l'heure où je vous parle, il fait 16°C !
Cependant même s'il est relatif, il est bien froid pour autant. Combien de mort en France lorsque s'y trouve des températures caniculaires avoisinant celles de la saison chaude ici (mais combien de mort ici également ?)... selon l'IRD, l'arrivée de ce vent serait responsable de l'épidémie de méningite qui frappe l'Afrique de l'ouest chaque année, affectant 25 000 à 20 000 personnes (principalement les jeunes enfants).

Le Mali transformé par le froid, mais pas seulement...

AtmosphCirc2_fr

l'harmattan est un vent de la famille des alizés, ces vents intertropicaux déviés par la force de Coriolis et qui soufflent du nord-est au sud-ouest dans l'hémisphère nord (ce sont les petites flèches bleus).

L'harmattan provient quant à lui du Sahara... il véhicule alors une quantité de poussière phénoménale.

Jeudi matin, nous nous sommes réveillés dans le froid donc, mais également dans un nuage de poussière pour le moins impressionnant !

harmattan_1

On se serait cru dans un brouillard de montagne, on ne voyait pas le bout de la latérite !
Je suis monté en haut de la colline du point G, d'où l'on a habituellement un beau point de vue sur la ville...

harmattan_2

On y distinguait plus que les premières rangés d'habitations, mais le reste de la ville semblait avoir été gommé : Une atmosphère grise, froide, la tête dans le brouillard... je connaissais la saison froide, cette année nous aurons un hiver !

Note : étonnant ! Au moment où le froid et le vent s'emparent de Bamako... les mêmes font main basse sur Pékin, nous raconte Camillenchine ! Un autre exemple de la ChinAfrique ?!