Avant de refermer le chapitre sur Bruges,
et revenir à mes amours africaines...
j'ai 2 coups de cœurs à vous faire partager.

Tout d'abord, les maisons-Dieu (Godshuis en flamand) que l'on croise à tous les coins de Bruges, souvent sans y prêter attention. Ce sont des ensembles de petites maisonnettes à l'architecture simple et bicolore : si celles que je vous montre en photo sont rouges et blanches, d'autres présentent du vert aux portes et aux fenêtres. Leur forme architecturale est vraiment sympathique (comme des petites habitations miniatures, chaulées et répétitives, très simples et parfaitement intégrées dans l'architecture du reste de la ville), mais leur origine est encore plus intéressante : ce sont des maisons construites à partir du XIVe siècle (beaucoup entre le XVIIe et le XVIIIe) par des bourgeois ou des guildes, et prêtées à des personnes âgées ou des veuves sans ressource. Elles ne l'étaient pas pour rien : les occupants devaient en contrepartie prier pour les donateurs. Du donnant-donnant : Un logis contre des gages de paradis, offrir un toit sur Terre contre l'espoir, à terme, de ne plus en avoir et de crécher au ciel !
Beaucoup d'entre-elles (43 des 46 complexes existant toujours) ont depuis été acquises par la ville de Bruges et ont ainsi gardées leur vocation initiale de logements sociaux.

Il en existe 2 types : celles qui s'organisent autour d'un jardin (qui était mis à la disposition des occupants pour qu'ils cultivent leurs fruits et légumes), et d'autres en alignements le long d'une rue.

maison_dieu_1

maison_dieu_2

maison_dieu_3

Et puis, pour continuer la série des jolies cinémas de ce monde (voir les posts sur le Kadjinol station de Dakar et sur le cinéma Lafia de Kati)...  Avouons que le cinéma médiéval de Bruges a de quoi se défendre !

cine_bruges_1

cine_bruges_2