Une année en chasse une autre, et voici 2010 s'annonçant, qui sera toute particulière pour moi...

arbre_keniero

Alors, pour ce passage de flambeau, je vous emmène dans l'un de mes endroits de prédilection au Mali, au cœur de la région qui m'est le plus chère, et où, assurément, j'ai laissé pousser quelques racines.
Hier - Internet est magique -, vous avez atterri ici du Mali, du Sénégal, du Burkina, d'Espagne, de Finlande, d'Allemagne, de France, de Belgique, des États-Unis, du Canada et de Chine... Retrouvons-nous tous aujourd'hui, quel que soit le vent qui vous porte, sur la place du village de Kéniéro, en plein cœur du Mandé.

Et il n'y a pas de meilleur endroit pour faire un vœu qu'à l'ombre du grand arbre faisant face à la case sacrée !

case_keniero_2

Peut-être vous dit-elle quelque chose ? C'est la case jumelle d'une autre bien connue, que vantent tous les guides, celle du village de Kangaba. Ici on est loin de la récupération touristique qu'a subie sa jumelle située à quelques kilomètres de là. Ici vous êtes comme chez vous, accueillis le plus simplement du monde par un chef de village qui porte la gentillesse sur son visage.

entr_e_case_sacr_e_K_ni_ro

La ressemblance avec l'autre kumabolon ("kuma" signifiant "parole" en bamanan et "bolon", "vestibule") n'est pas un hasard. Il se raconte là-bas qu'il y a très longtemps, une famille au pouvoir sacré phénoménal (si l'islam est très présent, il reste mêlé à un animisme très fort, associé notamment à la confrérie des chasseurs) a construit la case de Kéniéro afin de protéger les fétiches et les savoirs familiaux. Seuls les descendants de la famille sont autorisés, une fois tous les 7 ans, à y pénétrer pour la réfection de la toiture.
Une des filles fut un jour mariée à un homme de Kangaba. Elle partit donc rejoindre la famille de son mari, emportant avec elle les savoirs sacrés qui lui avaient été transmis. Ainsi fut lancée (en 1653, voir ici) la réalisation d'une seconde case, celle de Kangaba...

case_keniero_1

Sur ce, je vous souhaite de bonnes fêtes à tous,
et une belle et riche année 2010...
N'oubliez pas votre vœu !

Ka san niogon kèmè an ka jè ka o seli !*

(* que nous soyons rassemblés cent années encore pour la fêter !)