Un classique des panneaux de sensibilisation au Mali, photographié à Diafarabé (à mi-chemin entre Ségou et Mopti, sur le Niger, et où je donnerais cher pour pouvoir assister au passage de la grande transhumance).

diafarabe_1

Ce panneau, comme beaucoup d'autres dans des genres différents, reprend 3 axes de la lutte contre le Sida connus sous le nom d'"approche ABC". Elle a eu ses heures de gloire, en Afrique notamment (et en Ouganda en particulier, qui a diminué de manière très significative son taux de prévalence a l'issue d'une vaste campagne sur ce thème). La lettre A prône l'abstinence avant le mariage, le B promeut la fidélité envers son partenaire et enfin le C est pour l'usage du préservatif dans les cas où cela s'imposerait (en anglais : Abstinence, Be faithful, use a Condom) : à lire ce petit article présentant cette méthode de sensibilisation.

Mais cette approche est assez controversée. Elle met en effet bien trop souvent l'accent sur les points A et B : l'un des avantages est que cela a permis à des gouvernements particulièrement conservateurs d'accepter la mise en place de campagnes de sensibilisation contre le Sida, puisque la fidélité et l'abstinence étaient présentées comme les modèles à suivre... Mais l'accessibilité des préservatifs et la sensibilisation en faveur de sa bonne utilisation sont trop souvent négligées. Ce fut l'une des principales critiques faites contre le vaste plan PEPFAR mis en place dans 15 pays d'Afrique (le Mali n'étant pas concerné) par G.W. Bush et basé sur cette approche ABC, dont 1/3 du budget alloué à la prévention était destiné à développer des programmes de promotion de l'abstinence sexuelle avant le mariage...

Si l'Ouganda peut se targuer d'avoir réussi un véritable coup de force grâce à cette opération (voir ici), il le doit principalement au fait d'avoir su ne négliger aucun des 3 aspects, surtout pas le dernier... L'abstinence et la fidélité, si bien sûr elles peuvent permettre une diminution des contaminations, sont loin d'être une réponse satisfaisante à l'ensemble des problématiques et des populations.

L'utilisation de cette campagne en 3 points est d'ailleurs d'autant plus sensible qu'il s'agit d'une approche qui rejoint en partie le crédo de la branche ultra-radicale de l'Église catholique (relire à ce titre la fameuse réplique de Benoît XVI lors de sa visite au Cameroun).