Voilà quelques mois que je n'ai plus posté le moindre message sur ce blog.
Non, je n'ai pas été pris dans un filet bozo, mais c'est qu'il était temps d'écrire la quatrième de couverture et de refermer mon chapitre malien.

Pas facile de clore cet épisode après 4 années si riches de découvertes. Définitivement, le Mali et l'Afrique occidentale m'auront passionné, intrigué, touché comme jamais !

Mais l'idée était de découvrir comment cela se passait ailleurs, de voir d'autres façons de vivre et de penser, d'appréhender des cultures qui se sont construites sur d'autres bases, à d'autres latitudes, en bref : de remettre en question les certitudes. Il était donc temps, après 4 ans, de reprendre la route et de mettre les voiles pour voir où porterait le vent...

... Et c'est des côtes chiliennes que j'écris ces quelques mots !
Autre port d'attache, autre blog : j'attendais sa lancée pour écrire ce message, c'est donc sur Le mot du Magot que s'écriront les prochaines lignes !

Quant au Dit du Magot, il se clôt ici mais n'a pas dit son dernier mot : Ismaïla Samba Traoré, directeur des éditions La Sahélienne, m'a fait avant de partir le plus beau des cadeaux, celui de me proposer la publication d'un livre sur le Mali. J'ai accepté avec d'autant plus de plaisir que cela venait de lui. Vous pouvez aller jeter un œil aux publications de sa maison en en parcourant la page facebook (accessible même si vous n'avez pas de compte).
Si l'idée de départ était de mettre en papier quelques-uns des articles du blog... elle a depuis évolué : le livre prendra effectivement racines ici, mais bien des articles seront inédits. Les derniers articles de ce blog ont d'ailleurs été écrits dans un premier temps pour ce livre, avant d'être mis en ligne ici.

J'espère qu'il verra le jour dans l'année qui vient, incha'Allah !
Pour être tenus au courant de sa sortie, abonnez-vous au blog (en mettant votre mail en haut à droite), et vous recevrez l'annonce et les références dès parution.

En attendant, il est temps pour moi d'aller réviser mon espagnol.
Et de remercier tous ceux avec qui j'ai pu vivre ces moments.
Merci aussi bien sûr à vous tous qui êtes venus partager ici ces instants.

Au moment de refermer la porte, j'ai évidement une pensée pour Magali...

Allez, on est ensemble !